Archives de catégorie : Myanmar

Myanmar – Domaine et vignoble Aythaya

Aythaya a été le premier vignoble créé au Myanmar. Cette création a été à l’initiative d’un Birman, d’un Japonais et d’un Allemand ! Depuis sa création, plusieurs actionnaires se sont succédés. Le domaine est toujours géré par un Allemand M. Hans Leiendecker. Il m’a fait la gentillesse de m’accueillir sur le domaine et de me raconter son histoire mais nous avons également beaucoup parlé de la culture birmane et de son économie !

Le commencement

Le premier projet de vignoble a commencé en 1997, à peu près 100km de l’actuel domaine. A cause d’une guerre d’ethnies le projet a dû être abandonné. Il a été relancé en 1999 à l’endroit actuel.

200 pieds de vignes ont été plantés pour commencer grâce à l’aide de deux experts en vin allemand : l’un spécialisé dans la viticulture et le second dans la vinification. A partir de 2006 Hans Leiendecker a repris les rênes du domaine et est en charge de la totalité du domaine de la vigne à la vinification. Il est issu d’une formation viti-vinif en Allemagne et a été mainte fois récompensé pour son travail en Allemagne. A la recherche d’un nouveau challenge, il a saisi l’opportunité de développer les vins au Myanmar, il y a de ça 16 ans. Le domaine progresse d’année en année et il espère continuer ainsi.

Le vignoble

A Taungyi le vignoble est constitué de 8ha. L’expansion autour du domaine est difficile dû aux montagnes environnantes et à l’accès limité à la propriété pour des non-birmans. Ainsi Aythaya travaille avec des partenaires qui peuvent se situer à plus de trois jours de voyage du domaine. Ces partenaires sont à l’origine dans la culture de raisins de table. Ils se convertissent à la culture de raisins pour le vin. Hans a mis en place un système de formation au domaine et sur place pour leurs montrer les techniques de viticulture nécessaire pour faire pousser de la vigne et du raisin dans ces régions. Ainsi il met tout en œuvre pour obtenir les meilleurs raisins lors des vendanges. Il travaille avec des contractants pour 40ha.

Les principaux cépages cultivés sont le dornfelder, le sauvignon et le pinot noir. Au total 65 cépages différents ont été testés sur le domaine afin de vérifier leur capacité à fournir du raisin dans cette région. 8 ans sont nécessaires pour s’assurer de la fiabilité d’un cépage.

Le domaine.

Sur le site de Taungyi, nous retrouvons un chai avec des équipements importés d’Allemagne ainsi qu’un restaurant et bientôt un lodge pour accueillir des invités. Le restaurant est notamment l’un des plus connus de la région. En effet il n’est pas rare d’y croiser des politiques ainsi que des chefs d’entreprises importants. Le souhait des propriétaires est de pouvoir offrir une expérience à leur visiteurs en combinant le vin avec l’art de vivre épicurien : profiter d’un bon repas avec une vue splendide.

Les défis
Différence entre culture européenne et birmane.

En effet les notions de productivité, de rentabilité et de hiérarchie ne sont pas les mêmes entre les l’Europe et la Birmanie. Leur système économique est en cours de développement. La principale source d’argent est l’agriculture. Une famille a généralement quelques terres et la cultivent pour aller vendre sa récolte aux marchés de la ville. Ils existent cependant quelques grands groupes tels que Nivea mais l’économie du Myanmar est toujours basé sur l’agriculture. M. Leiendecker a donc essayé de mettre en place une organisation managérial afin de pouvoir rendre rentable le domaine.

Le climat

Le souhait initial de Hans était de pouvoir faire des vins biologiques. Mails, malheureusement, il a dû abandonner cette idée car l’humidité permanente rend la vigne très fragile aux maladies. En effet, même lors de la saison sèche, l’humidité est toujours présente et donc la menace de mildiou, par exemple, est constante. Il protège donc son vignoble environ 25 fois par an grâce à des produits importés d’Europe.

Changement climatique

Ce sujet est tout aussi présent à l’autre bout du monde. En effet ces dernières années Hans a remarqué aussi des changements dans les différentes saisons. La saison des pluies qui durait auparavant jusque fin septembre, a duré jusque mi-décembre l’année dernière. De plus la saison des pluies est caractérisées par des pluies mais éparses lors de la journée. Celles-ci peuvent, maintenant, trois/ quatre jours. Cette situation rend impossible l’aspersion des vignes et donc celle-ci est très sensibles aux maladies et donc met en danger les raisins et la future vendange.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aythaya a su au cours des années s’adapter et développer son activité. Le domaine continue de progresser et d’offrir une réelle expérience épicurienne pour ses clients !

Qui sait, un jour je trouverai une bouteille Aythaya au supermarché !

Anne-Laure

Instants voyage – Myanmar

Le Myanmar, le tout premier pays de ce grand voyage d’un an, le tout premier pays d’Asie que j’ai visité, un pays magnifique avec des gens fabuleux.

Un peu d’histoire

Faisons un peu d’histoire avant de commencer le récit de mon voyage.

Le Myanmar pour l’ONU et les Etats-Unis, la  Birmanie pour la France, le Canada,… a été une colonie du Royaume-Uni jusqu’en 1948. Depuis le pays a été dirigé par plusieurs dictatures. Depuis 2011, le pays essaie de mettre en place une république démocratique. Mais ce process n’est pas facile à réaliser après tant d’années sous le giron de l’armée. En effet le Myanmar est un pays créé autour d’ethnies avec des cultures, une langue différente. Ils ont une culture commune très limitée. Le Myanmar est un pays de différentes nations, un peu comme l’Europe. Donc tout n’est  pas facile à mettre en place. De plus l’armée a toujours un pouvoir très important au sein du Parlement. J’espère qu’ils arriveront à trouver une solution aux différents conflits car c’est un pays magnifiques avec d’énormes ressources pour se développer économiquement.

Yangon

Je suis arrivé à Yangon dans le sud du pays le 5 septembre après 12h de vol entre Londres-Singapour, une escale de 2h à Singapour et 3h de vol pour atteindre Yangon (appelé Rangoun en français).

Sorti de l’aéroport, je négocie pour la première fois le prix d’un taxi ! Je monte dans le taxi, j’en ai à peu près pour 1h de voiture. Mais ça c’était sans compter les bouchons !! Au final, il m’aura fallu 1h40 et un détour par la station essence pour atteindre mon hôtel Cette première expérience m’en aura appris pas mal sur la conduite au Myanmar :

  • Le volant est à droite et la conduite aussi, un brin dangereux pour dépasser ! 😊
  • Le code de la route ??? je crois qu’il en existe pas ! Par contre les coups de klaxon vont bon train pour signaler sa présence lors d’un dépassement ou pour indiquer que l’on est prioritaire au carrefour !
  • Faire le plein d’essence : il vous suffit de remplir la bombonne d’essence qui se trouve dans le coffre de la voiture ! (ceci n’est valable que pour les anciennes voitures)

Ma première réflexion est sur l’odeur présente dans la ville ! Bah oui ça me change de mes prés de vaches et des vignes ! Yangon est une ville très dense (6millions d’habitants) avec énormément de trafic donc une forte pollution ! De plus j’arrive pendant la période des pluies donc vive les odeurs des remontées d’égout !

Evidemment cette ville ne ressemble à rien de ce que je connais : marchand de nourriture dans la rue, marché avec poisson et viande à l’air libre ! Je savais déjà que c’était ainsi mais le voir (et le sentir) ce n’est pas pareil ! De plus c’est un mix entre modernité et tradition :

  • Distributeur de billet dans l’enceinte du plus grand temple du Myanmar
  • La 4G à bas prix et accessible partout.
  • Les derniers téléphones portables en vente avec des publicités orientées sur la qualité des selfies !!
  • La plupart portent l’habit traditionnel birman : le langyi : sorte de grande jupe portée par les hommes et les femmes
  • Ils vont très souvent au temple pour prier et font des offrandes régulières aux moines.

La ville en soi n’est pas très intéressante à visiter donc je suis vite partie pour Bagan (9h de bus de nuit et j’ai super bien dormi)! C’est l’endroit que je voulais le plus voir en Birmanie : 2000 temples construits entre le XI et XII siècle !

Bagan

Le principe :

  • louer un e-bike (comprendre scooter électrique) et parcourir les 50km2 pour découvrir les temples et stupas.
  • Trouver un temple ouvert et monter dessus pour admirer la plaine de temples.

Petites anecdotes : Le mieux est admirer le lever et le coucher du soleil. Donc il faut se lever tôt (4h30) pour pouvoir admirer un beau lever de soleil ! Malheureusement pour moi les levers de soleil ont été compliqués. Le premier jour, je me suis perdue dans des petits chemin en pleine nuit avec plein de bruits d’animaux bizarres autour de moi et seule ! Autant dire que je faisais pas la maligne ! Petit rappel c’est la saison des pluies donc je me suis enfoncée plusieurs fois dans la boue et mes pieds avaient une couleur charmante de terre ! Deuxième jour 10 min après mon départ (ndlr 5h du matin) il se met à pleuvoir pendant 2h ! Au moins je peux dire que j’ai des photos du levers de soleil sous la pluie ! Je suis chanceuse ! 😉

Pour les couchers, j’ai eu le droit à un coucher de soleil avec des éclairs et du tonnerre, un coucher de soleil avec de la pluie et enfin un coucher de soleil magnifique !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lac Inle

Je vous passe les détails du voyage à Mandalay, Pyin oo Lwin, le viaduct de Gokteik sinon cela va être trop long! Allons donc directement au Lac Inle et plus particulièrement au trek pour atteindre le Lac Inle ! Vous avez bien lu j’ai fait un trek de 65km pendant trois jours.

L’un de mes meilleurs moments de mon voyage : trois jours dans les montagnes birmanes. Nous étions un groupe de 7 uniquement des femmes avec un guide féminin avec 6 nationalités différentes ( birmane, israëlienne, australienne, singapourienne, allemande et française !). Nous avons dormis chez l’habitant. Je ne sais pas si c’est parce que nous avions marché environ 20-25km mais ces deux diners ont été les meilleurs que j’ai mangé en Birmanie. Nous avons traversé la jungle, les champs de rizière, différents villages de différentes ethnies.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Je vous ai fait un résumé de ma visite de 26 jours au Myanmar car j’en aurais beaucoup à dire sur ce pays mais restons sur l’essentiel et ce qui m’a le plus marqué dans le pays ! Ah si une dernière chose les gens sont géniaux ! Ils sont très accueillants, souriants, toujours prêts à vous dire bonjour, à vous aider et à parler avec vous !

Je vous dis à bientôt pour un nouveau billet sur mon périple !

 

Anne-laure

Myanmar – Red Mountain

Voici mon tout premier article sur ma première visite de vignoble au Myanmar : Red Mountain Estate Vineyards and Winery

 

Red Mountain est situé près du lac Inle au  centre du Myanmar.

 

Fiche d’identité du domaine

Nom : Red Mountain Estaste Vineyards and Winery

Année de fondation : 2003

Première vendange : 2007

Nombre de cépages blanc : 9

Nombre de cépages rouge : 10

Employée : 150

Œnologue : Mye Mye et Naw Naw

J’ai passé la journée avec Naw Naw. Naw Naw parle très bien français. Elle a étudié le français pendant trois ans et est aussi venu étudier en France pour se familiariser avec la viticulture et la vinification. Elle m’a parlé de l’histoire du domaine et nous avons visité ensemble les vignobles. J’ai eu beaucoup d’informations, difficile de toutes vous les retranscrire mais je vais essayer.

L’histoire du vignoble

Ce projet est à l’initiative d’amoureux du vin qui souhaitaient partager cette passion dans leur pays et ainsi développer l’économie locale.

L’histoire du vignoble a débuté en 2002 avec la préparation du sol pour l’accueil des vignes.

En 2003 le domaine accueillait ses premiers plants de vignes (importés de France et d’Espagne).

Les débuts du vignoble se sont fait avec l’aide d’un professionnel français : François Rayner. Il a participé à la vie du domaine jusqu’en 2015. Durant ces années au domaine, il a été assisté par Mye Mye. Depuis son départ Mye Mye est en charge de la vinification avec Naw Naw. Il a notamment réalisé le millésime 2016 seul. Pour le millésime 2017, Naw Naw et Mye Mye ont été aidé par une des professeurs de Naw Naw venue de France pour apporter ses conseils.

 

Le domaine

Le domaine est équipé d’un chai, d’une cave, d’un restaurant ainsi qu’une terrasse pour les dégustations. Les infrastructures pour les touristes ont été réalisés en 2005. Les premiers touristes sont arrivés au domaine en 2008. En effet Red Mountain est situé à seulement 25 minutes en vélo de Nyaung Shwe (ville principale du Lac Inle). Leur terrasse est l’endroit idéal pour déguster leur vins au coucher du soleil.

Les infrastructures sont toutes équipées de climatisation afin de maintenir la température à 16°C car en effet le contrôle de la température est un vrai défi au Myanmar qui a un climat tropical !

Les équipements techniques ont tous été importés d’Italie afin d’avoir un système technique performant pour produire du vin dans les meilleurs conditions.

Le vignoble

Le vignoble est constitué de 75ha et est répartis en deux endroits :

  • U Ku Naing 20ha
  • U Thé Mg 55ha

Les principaux cépages cultivés sont :

En blanc                                                              En rouge

Sauvignon                                                    Syrah

Muscat petit grain                                  Tempranillo

Chenin                                                           Pinot Noir

Chardonnay                                              -Carignan

 

La sélection de ces cépages est le résultat d’expérimentation. En effet une partie du vignoble est réservé à la recherche et au développement pour tester les cépages. Environ 2ha sont plantés pour voir leur comportement et leur rendement face au terroir et au climat.

 

Dégustation

J’ai dégusté directement des cuves le millésime 2016 ainsi que 2017 :

  • Sauvignon 2016, 2017
  • Syrah 2016, 2017
  • Tempranillo 2017
  • Muscat 2017
  • Carignan rosé 2017

Ce sont des vins très intéressants les blanc ont un profil très aromatique avec une acidité tirant sur la pomme. Les rouges sont plus compliqués à vinifier mais montre un profil intéressant et à développer grâce au passage en barrique.

Mais assez écrit, passons aux photos,

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mille mercis à Naw Naw pour son temps et son aide précieuse dans la réalisation de la visite des deux vignobles du Myanmar!

Je tiens également à remercier les personnes suivantes : Soe Soe qui m’a présenté Naw Naw, Yo Yo qui m’a présenté Soe Soe et Dune qui m’a présenté Yo Yo!

Ces femmes ont permis que mon voyage Sauvignon & Co démarre sous les meilleurs hospices! Merci! 🙂

Anne-Laure